Je cré cet article car pour moi l'allaitement est devenu une vrai passion, donc c'est important pour moi de vous exposer mon expérience. 

Je suis une sage femme pro-allaitement, mais surtout pro-bonheur des bébés et des mamans. C'est à dire que oui, je suis plus pour la promotion du sein, pour ses bienfaits et sa parfaite adaptabilité au bébé, mais je préfère largement un biberon donné avec plaisir qu'un sein donné à contre-coeur

 

Vous connaissez ma philosophie : faites-vous plaisir, et faites plaisir à votre bébé (qui préfèrera ressentir votre amour et votre satisfaction plutot que la frustration et la fatigue) avant de satisfaire votre mari, belle-maman, ou la grand-tante Gertrude ! 

 

Si vous hésitez (sein ou bib, telle est la dure question), allez à des cours d'accouchement sur l'allaitement. Parlez-en à une sage femme, aux femmes de votre entourage, ... et tentez la tétée d'accueil. Cette première mise au sein se fait en salle d'accouchement, juste après la naissance. Elle aide à la remise en place de l'utérus, prévient parfois les hémorragies maternelles, et surtout, favorise le lien mère-enfant, et transmet un bon paquet d'anti-corps et de nutriments au bébé. Et cette expérience vous donnera peut-être envie de continuer dans l'allaitement maternel. 

 

Capture d’écran 2012-06-29 à 11

 

Si vous souhaitez donner le sein, sachez (je le répète) que vous n'êtes pas seules ! Les sages femmes sont numéro un dans l'accompagnement de l'allaitement, surtout si elles sont en plus consultante en lactation humaine. N'hésitez pas à contacter l'une d'entre elles (vous y avez droit, la sécurité sociale prévoit des visites à domicile après l'accouchement !!!). 

Elle pourra vous aider concernant l'allaitement, répondre à vos questions (sur l'alimentation de votre bébé, mais également sur tout ce qui touche à votre nouvelle vie, votre nouveau corps), peser votre enfant, vous examiner si besoin... La sage femme (+/- consultante en lactation) est votre alliée !!! Cela ne voudra pas dire que vous êtes une mauvaise mère, si vous avez du mal à nourrir votre enfant les premières semaines ! Au contraire, vous prendrez plus soin de votre bébé en vous entourant de personnes clés si vous rencontrez quelques problèmes, plutôt qu'en tentant de vous débrouiller seule. 

Beaucoup de mamans hésitent, se sentent bêtes de ne pas réussir seule, se sentent incompétentes, ont l'impression de déranger... Mais pas du tout ! Nous sommes là pour ça, et la plupart du temps, nous avons un amour de l'allaitement qui fait que nous adorons être là pour vous et vos bouts de choux !

N'hésitez pas à demander plusieurs avis. Par exemple si votre pédiatre vous conseille d'arrêter l'allaitement, ou de proposer des compléments... Si votre médecin vous prescrit des médicaments interdits pendant l'allaitement... Appelez une sage-femme, voir deux ;-) L'arrêt de l'allaitement ou sa diminution est bien souvent inutile ! 

 

J'ai énormément d'amies qui ont rencontré des difficultés (bébé tétait peu et perdait du poids, ou tétait pour se soulager de douleurs et ne prenaient jamais de tétées complètes, diminution de la lactation dû à la fatigue, etc...). Certaines se sont fait aidé, d'autres non. Et pour celles qui sont restées seule, je bouillais intèrieurement !!! J'étais bien trop loin pour leur faire une consultation (pas d'examen, pas d'interrogatoire précis), pas assez douée concernant l'allaitement prolongé (en tant que jeune sage femme n'ayant j'amais allaité, j'avoue qu'à l'époque mes connaissances étaient réduites à l'allaitement des premiers jours), et donc je me sentais impuissante face à leurs difficultées ! Si seulement elles avaient contacté une sage femme ou une consultante en lactation !!

 Car ce qu'il faut se dire, c'est qu'allaiter, c'est parfois difficile ! Cela peut être un parcours semé d'embuches. 

 

 

Il ya certaines petites choses à savoir : 


- on allaite à la demande : c'est à dire lorsque le bébé a faim ! (selon le contexte, on attend qu'il réclame (la plupart du temps), ou on le met au sein dès qu'il montre les premiers signes de faim ou de réveil (bébé prenant peu de poids par exemple)). Mais il faut savoir que les pleurs sont le seul moyen d'expression d'un nourrisson donc ce n'est pas forcément pour manger qu'il pleure ! Il faut tester. Si le petit a tété correctement il y a une heure, il a peut-etre la couche sale, froid, chaud, besoin d'un calin, mal au ventre, sommeil... N'hésitez pas à tenter plusieurs choses.

Les premiers jours, les bébés sont souvent fatigués, l'estomac plein de glaires, et il se peut que votre petit espace beaucoup les tétées. Si sa courbe de poids est normale (tous les bébés perdent du poids au début, mais ne doivent pas atteindre une perte de 10% de leur poids de naissance), et que les tétées semblent efficaces, ne réveillez pas votre bébé, laissez le dormir (S'il espace de plus de 6-7h je conseille tout de même de tenter une mise au sein dès les premiers signes de faim (mouvement de bouche par exemple) ou dès le réveil même s'il ne réclame pas). 

 

- La bonne position du bébé : le petit qui mange doit être mis face à vous, ventre contre ventre (ou pas, selon les positions, mais toujours FACE au sein),  et sa tête doit être dans le prolongement de son tronc. (une main de chaque coté du sein, tête face au mamelon, ventre face à votre ventre) . Si le corps du bébé n'est pas dans le même axe, si la bouche du bébé n'est pas en face du mamelon, le petit risque de tirer sur le bout de sein et cela peut engendrer des crevasses. Sachez qu'il existe une multitude de positions pour allaiter son enfant, gardant toujours les principes d'axe corporel respecté, et de visage face au mamelon.

 

- Fonctionnement de la machine à lait : En gros, votre cerveau se dit qu'un bébé est arrivé, qu'il faut le nourrir. Mais en attendant de produire selon les besoins de cet enfant, il préfère fabriquer un maximum de lait afin d'être sûr d'en produire assez. Ensuite, au fil des jours, monsieur Cerveau connaitra les quantités bues par le téteur, et s'adaptera. C'est donc grace aux tétées de votre bébé que se régule la production lactée. Au plus bébé tète, au plus le lait se cré, au moins il tète, au moins il ya de lait. Sachez que des pics de croissance  existent vers 10 jours, 3 et 6 semaines, 3, 4 et demi, et 6 mois pour un allaitement exclusif. Il faut donc mettre le bébé au sein aussi souvent que nécessaire car il réclame énormément. Beaucoup de maman pensent ne plus avoir assez de lait et donnent des compléments ou stoppent l'allaitement, alors qu'au contraire, il faut stimuler la production !!

 

Capture d’écran 2012-06-29 à 10

 

-  Le "premier lait" est appelé colostrum. Il est présent dès la naissance (et parfois pendant la grossesse) en quantité suffisante pour votre bébé, et parfaitement adapté à lui. Ce "lait" est jaune, épais, en très faible quantité (il ne jaillit pas !). Au bout de quelques jours (en moyenne, 3 jours après la naissance), le "lait" se modifie et devient donc du "vrai" lait (blanc, abondant). C'est donc normal de n'avoir que très peu de "lait" les premiers jours, et cela suffit à votre enfant ! Lorsque le lait arrive, on appelle cela la "montée de lait", et de planche à pain, vous devenez Lolo Ferrari !

 

- La composition du lait change pendant la tété (au départ il est moins nourrissant, puis le gras et les protéines arrivent.). C'est pour cela qu'il est conseillé de ne donner qu'un sein à la fois à partir de la montée de lait. Si votre bébé tète les deux seins, il ne prendra que du lait peu riche, grossira moins et aura souvent faim. Par contre, avant la montée de lait, donner les deux seins (tétée 1 : sein droit 10 minutes, sein gauche 10 minutes, tétée 2 : inversement) permet de stimuler au maximum l'arrivée du lait. (cas particulier : 1/les bébés plus grands qui parfois réclament les deux seins pour manger plus. Dans ce cas, on donnera le sein droit 30 minutes par exemple, puis 10 minutes le gauche et inversement. 2/ Lors de fortes chaleurs, les bébés allaités ont besoin de beaucoup boire pour s'hydrater donc donnez souvent le sein à votre bébé même s'il ne tète que 5 minutes par-ci par-là). 

 

 - Évitez de donner des compléments de lait artificiel ou de lait maternel tiré avant environ 6 semaines. En effet, le biberon est bien plus facile pour le bébé, car le lait vient plus facilement et en grande quantité. Si votre enfant a besoin d'être complémenté pour des raisons médicales (grosse perte de poids par exemple), préférez lui donner à boire à la tasse, ou au DAL (dispositif d'aide à l'allaitement, cf. photo). S'il s'habitue au biberon trop tôt (notament lors de la période du colostrum où les quantités sont infimes), il risque de se détourner du sein. De plus tirer son lait trop tôt peut perturber la production laiteuse (monsieur cerveau croyant qu'un énorme bébé tète (le tire-lait, notament électrique stimule beaucoup !!), ou au contraire, s'imaginant qu'il tète peu (selon les quantités tirées)).

Capture d’écran 2012-06-29 à 11

DAL : dispositif d'aide à l'allaitement. Le bébé tète le sein de sa mère (donc stimulation de la lactation, et pas de confusion sein/biberon) mais reçoit une quantité plus importante de lait grâce à un petit tuyau placé dans sa bouche et relié à un biberon. 

 

- On ne fait pas de régime quand qu'on allaite !!! Prenez patience, votre corps va peut-être mettre un peu de temps à reprendre sa taille initiale, mais le temps de l'allaitement est un temps où il aura besoin d'énergie et de nutriments. Donc ne vous lancez pas dans un régime, ce serait délétaire ! Ma propre expérience, qui est différente chez chacune : Les premières semaines d'allaitement, je mangeais comme quattre, et surtout des produits laitiers. Mon corps réclamait, je pense, certains aliments. Je buvais 1 litre de lait en un ou deux jours, et me gavais de fromages en tout genre. Et j'avalais des quantités monstres de nourriture ! Et même malgré cela, j'ai perdu mes kilos de grossesse, et plus ! Par contre en diminuant l'allaitement, mon corps a moins réclamé, et naturellement j'ai moins mangé, et diminué considérablement les produits laitiers. Et maintenant, j'allaite toujours mais.... je grossis ! Il est loin le temps où l'allaitement me permettais de manger ce que je voulais !!!  

 

 

- Quelques petits soucis se rencontrent fréquemment les premiers jours :

* La montée de lait peut être très importante, douloureuse... si le sein est trop tendu, non seulement vous aurez mal, et votre bébé réussira moins à attraper le mamelon, mais en plus vous risquez un engorgement.  Pour éviter de tels tracas, je vous conseille (de ne pas hésiter à appeler la sage femme !!) de pratiquer des massages du sein, pour faire couler le "trop-plein" de lait. Il ne faut pas toucher au mamelon (Monsieur Cerveau pourrait mal comprendre, et croire que bébé tète donc produire encore et encore !). Vous pouvez masser (en appuyant, pas en caressant) votre sein, en vous aidant de la chaleur (eau chaude de la douche, gant chaud) qui dilate les vaisseaux et les canaux et permet une meilleure éjection du lait. Si vous avez mal, pensez à appliquer du froid avant le chaud, pour vous soulager (éponge mouillée mise au congélateur (attention aux brulures de froid)). Parfois les massages sont douloureux et difficiles à pratiquer, alors : appelez une sage femme ou une auxiliaire puéricultrice à l'aide ! Si cela ne suffis pas, j'ai pour habitude de proposer à mes patientes des anti-inflammatoires en petite quantité, et du syntocinon sur un sucre (celui-ci favorise la sortie du lait). 

Je déconseille l'utilisation d'un tire lait les premiers jours dans le but de vider le sein, car non seulement cela peut modifier la quantité de lait créée, mais aussi car les tires-laits stimulent bien souvent la lactation, donc le sein serait vide sur le moment mais re-crérait plus de lait ensuite !  

Je me souviens que les premiers jours de mon allaitement, je massais mes seins, transformés en obus, le plus souvent possible ! Et lorsque je donnais à manger à mon fils, je plaçais un verre sous l'autre sein afin de récolter le lait qui coulait naturellement ou avec mon aide (il est plus facile de vider le sein lorsque le deuxième est en plein travail !)

* Si votre bébé est mal positionné lors de la tétée, s'il pince, si votre peau est très fragile, si le bébé tète très souvent,... le risque est l'apparition de crevasses. Il existe des moyens préventifs et des moyens curatifs. Préventifs : Ne pas hésiter à demander à un membre du personnel d'être présent lors de la tétée, pour vérifier le bon positionnement de votre bébé, et l'efficacité des tétées. Veiller à ce que le petit soit face au sein, corps dans l'axe, mamelon au maximum dans sa bouche, et écoutez les bruits de déglutitions. Sécher les bouts de sein après la tétée (la salive a tendance à abimer le téton), et étaler une goutte de lait dessus. Si besoin, vous pouvez appliquer une crème à la lanoline pure dessus, après la tétée. (lansinoh étant la meilleure à ma connaissance, et ne se rince pas avant la tétée). Essayez de rester les premiers jours avec les seins à l'air pour éviter tout frottement (soutien gorge d'allaitement ouvert, pour maintenir la poitrine tout en laissant les bouts de sein à l'air). Lorsque cela n'est pas possible, vous pouvez poser sur vos seins des coquilles d'allaitement, afin d'isoler le téton des vêtements (attention, cela a tendance à stimuler la lactation car il appuie sur le mamelon. À éviter donc, si grosse montée de lait). Pour mon fils, je donnais le sein 30 minutes puis je le retirais, car la tétée efficace était terminée, et je ne voulais pas qu'il tétouille mon bout de sein. Je lui donnais donc la tétine si besoin, pour ne pas qu'il abime mon téton, et car il avait un besoin de succion.                                                                                                                                                                                                      

Curatifs : Lorsque les crevasses sont apparues, il faut les traiter car elles sont très douloureuses et peuvent entrainer à terme un arrêt de l'allaitement, ou en tout cas, un allaitement désagréable. Je vous conseille donc d'appliquer de la crème à la lanoline pure aussi souvent que possible. Appliquez les conseils préventifs (seins à l'air, rincez la salive, vérifier de nouveau la position du bébé...). Ne pas laisser le bébé tétouiller le bout de sein lorsqu'il n'a pas faim (pas de tétée d'une heure alors qu'il ne déglutit plus). Si la mise au sein devient vraiment trop douloureuse, il existe des "bouts de sein en silicone" (cf. image ci-dessous) qui sont de faux bouts de sein, à placer sur les votres afin de les protéger lors de la tétée. Leur utilisation doit être réduite à la période critique.

Capture d’écran 2012-06-29 à 10

Coussinets d'allaitement (à placer dans le soutien-gorge d'allaitement, recueillent le lait qui s'écoule dans la journée)

Bouts de sein en silicone, coquilles (ou coque) d'allaitement

 

 

 - Lorsque vous souhaiterez tirer votre lait : Sachez qu'il faut un tire-lait le plus physiologique possible (force/vitesse réglable ou tire-lait manuel pour un tirage en douceur). Si vous avez du mal à tirer, appliquez du chaud sur le sein, regardez votre bébé quand vous tirez, ou tirez pendant qu'il tète l'autre sein. Le lait maternel se garde plus ou moins longtemps selon le mode de conservation. Ne pas réchauffer le lait au micro-onde !!! 

Capture d’écran 2012-06-29 à 11

 J'ai touvé ce tableau dans google image, ces conseils sont en accord avec la leche league, association française de promotion et soutien à l'allaitement et au maternage. 

 

- Pour stimuler la lactation : Votre but est de produire plus de lait, donc de dire au cerveau que le bébé tète plus. Pour cela, si vous rencontrez une baisse physiologique ou non de votre production lactée, je vous conseille de mettre le bébé au sein aussi souvent que possible, voir même de stimuler avec un tire-lait (en fin de tétée par exemple). De plus, buvez beaucoup d'eau car le lait se fabrique grâce à l'eau de votre corps ! Le repos est aussi un facteur essentiel (Si vous êtes exténuée ou stressée, cela peut se ressentir sur la quantité de lait créée), pensez à faire des siestes quand votre bébé dort par exemple. Certains aliments favoriseraient la lactation (cumin, fenouil, anis étoilé....). Vous pouvez également acheter des tisanes d'allaitement. Ou par exemple en pharmacie du galactogyl à prendre plusieurs fois par jour, ou de l'homéopathie. 

 

 

- Petite brochure sur le recueil, le transport, et la conservation des laits maternels ou artificiels : 

http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Recommandations_d_hygiene_pour_les_biberons.pdf

 

- Site internet de la leche league (vous pouvez également contacter une consultante LLL): http://www.lllfrance.org/

 

- Les différentes positions d'allaitement : http://www.calvados.fr/files/content/mounts/Interneta/publications/action-sociale-solidarite/position-allaitement-18032011.pdf?uuid=alfresco%3AInternet%3Aworkspace%3A%2F%2FSpacesStore%2F398237e1-80ab-43ac-a7d6-7beb09fc8d85

 

- Livre sur l'allaitement de Marie Thirion (j'avoue ne pas l'avoir lu, mais mes amies allaitantes qui l'ont parcouru sont bien souvent en accord avec ma philosophie de l'allaitement et mes conseils ;-) à lire, donc) : http://www.amazon.fr/Lallaitement-Docteur-Marie-Thirion/dp/2226142886 

 

Il se peut que vous obteniez des informations et conseils différents de la part de certaines collègues. Je ne prétends pas détenir la vérité, je parle uniquement selon mes connaissances, mon expérience, mon ressenti de l'allaitement. En espérant vous aider dans votre allaitement ;-)