Tentant d'être la mère la plus géniale possible, j'ai inscrit mon fils aux bébés nageurs ! Ici nos petits bouts peuvent commencer très tôt cette activité, sous condition de vaccination. 

Nous voici donc, mon bébé de 4 mois et moi, à la piscine... lui, au départ, il s'en foutait royalement. Trop jeune ? Sans doute... En tout cas, j'ai réalisé au fur et à mesure, que si on pratiquait cette activité, c'était plus pour moi que pour lui... Sa principale occupation dans l'eau était de manger une balle, en se recroquevillant dessus. Les dents qui travaillent, la découverte par le goût, entrainaient un désintéressement total de ce qui était autour de lui, en faveur de ce qui se trouvait dans sa bouche ! Et moi, malade d'amour pour mon fils, je m'extasiait devant ce petit être et sa balle pleine de salive... Mais finalement, il ne devait pas vraiment s'amuser...

Après quelques mois, monsieur a grandit, et a réalisé les douces sensations de l'eau sur le corps ; le courant qui entraine, qui chatouille ; les éclaboussures quand on tape avec les mains ; la fraicheur quand dehors le soleil brûle... Et maintenant il est vraiment heureux de se baigner ! Lorsque nous sommes chez mes parents, il "court" à quattre pattes, sort, et va vers la piscine ! 

 

En gros, les "bébés nageurs", c'est une activité amusante, qui les détend, les aide à bien dormir (je mettrais ma main à couper que tous les bébés font la sieste dans la voiture en sortant de la piscine !), et les occupe (car oui il faut trouver toutes sortes d'activités pour remplir la journée de ces - presque- infatigables enfants !). 

Plus sérieusement, cela leur permet de développer leurs sens, de se sociabiliser doucement (les parents sont présents et rassurants, mais autour, d'autres bébés et d'autres adultes gravitent, crient, rient...) ; ils apprennent la confiance en eux-même, l'autonomie (sur terre, ils n'ont pas la même liberté de mouvement par exemple), prennent plaisir avec une activité sportive. La découverte de leur corps et de leurs compétences se fait par le jeu, sous les encouragements des parents. 

Par contre, ne vous attendez pas à ce que votre bébé sache nager plus rapidement qu'un autre. L'activité "bébé nageurs" n''est pas un cours de natation. Avant 5-6 ans en moyenne, les enfants n'arrivent pas à coordonner leurs mouvements dans le but de nager et n'ont pas la maturité utile à la pratique d'un sport où coordination, concentration, et mémorisations sont nécessaires.

 

Capture d’écran 2012-07-25 à 13

 

Les petites choses qui font que l'on regrette parfois notre inscription : 

Les bébés nageurs, c'est cher ! Voilà, c'est dit... J'ai personnellement opté pour l'inscription cadeau de Noël, car lorsque l'on est de jeunes parents, avec toutes les dépenses que cela entraine, nous n'avons pas forcément plus d'une centaine d'euros à mettre dans une inscription à la piscine, surtout pour une séance par semaine.

La dépense vaut sans doute le coup : le bébé s'amuse, on passe tous un très bon moment et on est fiers de se dire qu'on participe au bon développement de notre progéniture. 

Là où le bas blesse, c'est quand la piscine est fermée car l'eau est trop froide, ou en période de vacances scolaire... cela ajouté aux jours où on travaille, et à ceux où bébé est enrhumé ou malade, et le prix de la séance a triplé (car oui, généralement, on paye à l'année ou au trimestre, et non à la séance !)

J'ajouterais que c'est beaucoup de préparatifs pour pas grand chose. On met son réveil (je répète : on met un réveil !!) alors que bébé dort encore, pour une fois, car biensûr, la piscine ouvre à 8h, et à 10h, les bébés nageurs c'est fini... Donc on se lève, on prépare toutes les affaires (on oublie le maillot-couche une fois de temps en temps et on prie pour que le petit ne fasse pas son caca du matin dans l'eau de la piscine...), on nourrit le bébé, on prend la voiture, on fait notre demi-heure de trajet... 9h, nous voici enfin à la piscine, déjà épuisés (nous, pas le petit). Gérer un marmot et nous, dans les vestiaires, demande beaucoup de courage et d'entrainement. Le mieux est encore d'y aller accompagnée, pour se relayer. 

Juste le temps d'entrer dans la piscine, qu'au bout de 20 minutes il faut ressortir car - je cite - "votre enfant est trop petit pour rester trop longtemps dans l'eau". Avec un peu de chance, sur les 20 minutes, votre enfant n'aura pas eu faim, ni sommeil... Et avec un peu de chance encore, la psychomotricienne ne vous l'aura pas enlevé pendant la moitié du temps pour partir à l'autre bout du bassin, loin de vos yeux, afin de le faire tenir debout sur ses mains - choses que vous n'arriverez jamais à faire (ou peut-etre dans 6 mois quand vous oserez vraiment... mais pas pour l'instant...)

On ressort et c'est reparti : petit encas pour bébé, déshabillage, habillage, rangeage, voiture,... 

Il est 10h30, nous sommes de retour à la maison, exténués, mais avec un bébé développé/occupé/heureux...

 

Les petites choses qui font qu'on aime aller aux bébés nageurs : 

Finalement, pourquoi aller à cette piscine chère, jamais ouverte, épuisante ? 

Tout d'abord, parce que entendre les rires de notre enfant quand l'eau éclabousse son visage, ça n'a pas de prix. Le voir battre des pieds avec ferveur, voir ses yeux s'illuminer à la vue de l'eau, le voir se dépenser de manière saine et apprécier cela, c'est vraiment magique. 

On se dit à soi-même que l'on a fait le bon choix, que ça vaut le coup, et que même si on est crevée, notre bébé est heureux. 

En plus, se baigner dans une eau à plus de 30°C on peut dire que c'est le pied !!

 

Et puis c'est l'occasion de rencontrer des parents, de discuter de nos bouchons, d'avoir un semblant de vie sociale, et c'est très appréciable.  Aux "bébés nageurs", on cré des liens, on revoit le petit Mathis, le seul bébé aussi gros que le notre ; on discute allaitement dans le petit groupe de celles qui sortent le sein à la fin de la séance... On commence à connaitre du monde, on les revoit à chaque fois. Ça élargit le cercle des connaissances, et pour une fois on parle à un adulte autre que notre mari (ou belle-maman au téléphone pour la troisième fois de la journée) ! 

De mon côté,cela m'a permi de revoir des patientes et leurs bébés, de prendre des nouvelles. Un des inconvénients de mon métier est que je revois rarement les familles dont je m'occupe. J'ai donc été très heureuse de pouvoir échanger à nouveau avec elles. 

 

Un des arguments qui fait que l'on se sent bien aux bébés nageurs, c'est aussi le fait que personne ne regarde personne ! Nous sommes toutes des mamans ayant accouché il y a peu. Nous exposons nos vergetures et autres kilos en trop, sans peur du regard des autres. À vrai dire, j'ai même perdu ce sentiment de complexe en marchant sur le bord du bassin, en me changeant dans les vestiaires... Il arrive même que l'on ne regarde que notre bébé, et que l'on ne voit pas qu'une amie est présente ! Chacun peut agir comme il le veut, aller vers les autres, présenter les enfants, les faire jouer ensemble, ou rester dans son monde avec son petit nageur. 

 

En conclusion, je ne regrette pas de nous avoir inscrit à cette activité, mais je pense que le mieux est de débuter vers 7-8 mois, pour que le bébé profite pleinement des moments dans l'eau et ait vraiment conscience de tout ce qui l'entoure. 

 

Ce qui est nécessaire : 

Capture d’écran 2012-07-25 à 13

 

- un maillot (maillot-couches lavables ou jetables (type huggies little swimmers) )

- une crème hydratante (pour certains, si en sortant de l'eau votre bébé parait irrité, sec, rouge)

- un encas (le sein pour celles qui allaitent, ou une petite compote par exemple) à proposer à la fin de la séance

- une serviette

- un bonnet dans certains établissements

- une photocopie du carnet de santé avec les vaccins à jour

- un chèque 

- avoir signé le règlement intérieur

- autres documents possibles : une photo pour la carte de piscine si besoin, autres... 

 

 

Bon plongeon !